Menu

Il faut vraiment se méfier du short-culotte de Beyoncé.

20 août 2015 - MODE
Il faut vraiment se méfier du short-culotte de Beyoncé.

Short

La chanteuse américaine a popularisé ce vêtement qui, c’est le moins qu’on puisse dire, n’a pas que des avantages…

guillemets_Gris30Avec plus de 174 millions de vues, sur YouTube, la vidéo de Crazy in Love, de Beyoncé, est dans toutes les mémoires, virtuelles ou réelles. La chanteuse qui s’agite cheveux au vent en microshort a impressionné autant ses fans que les chaînes de mode. On peut donc considérer que c’est sa faute si le short-culotte descend dans la rue pour de vrai.

guillemets_Gris30Toutes ces filles qui ont décidé de libérer la Beyoncé à l’intérieur d’elles-mêmes n’ont pas tout à fait conscience de ce qui les attend. Eh oui, la vie n’est pas plus comme un clip vidéo que comme une boîte de chocolats. Et, même si on accepte l’idée, un peu absurde dès le départ, de sortir dans la rue affublée d’un vêtement qui a les proportions d’un sous-vêtement, encore faut-il y rentrer.

guillemets_Gris30Merci de prévoir une séance d’enfilage sur le dos et allongée sur le lit ; puis, assez vite, on passe en mode asticot qui se tortille pour remonter son short au-dessus des fesses, le boutonner et le zipper. Ensuite, il faut se relever. Attention, ça fait comme une barre sur l’estomac, ça coupe un peu le souffle aussi. Désormais, il va falloir rester debout : car, assise, on revient vite à cette sensation de « coup de pied latéral » dans le ventre. Mais c’est quand on essaie de marcher que les choses se gâtent vraiment. Au bout de deux cents mètres en moyenne, on obtient à l’avant un magnifique effet « pied-de-chameau ». Ce terme croquignolet recouvre une réalité anatomique fort déplaisante : le tissu du short moule très fortement l’entrejambe jusqu’à obtention d’un pli creux qui imite la patte du chameau.

guillemets_Gris30Côté verso, la situation n’est pas plus confortable, mais personne n’a encore vraiment trouvé de nom pour désigner la forme du short qui rentre dans les fesses. Difficile de se débarrasser de ces effets de compression ; d’abord, on se tortille (comme Beyoncé dans le clip, mais sans ventilo dans les cheveux) ; et puis, comme cela n’a que peu d’effet, on met les mains et on tire sur le short : un coup devant, un coup derrière. Un grand moment de distinction en public, préambule à un plus grand moment de solitude au moment d’ôter ce short pour se mettre en bikini.

4695140_6_a372_ill-4695140-3639-2015072545-0-1582422298beyonce_6ab5644562decd5d9cc421dc27aa47ca

guillemets_Gris30Le bas du maillot, collé à l’intérieur du short, descend aussi lorsqu’on tire. Dans le meilleur des cas, le short ne descend pas quoi qu’il arrive. Avec la chaleur, qui fait gonfler, et la transpiration, vos fesses sont littéralement sous vide dans ce short-culotte. Si vous voulez vous baigner, ce sera avec lui, puis il faudra sécher au soleil. Maintenant, vous vous rappelez ce que c’est de mijoter dans une couche malpropre et, soudain, vous êtes moins Crazy in love.

Le clip de Crazy in Love, de Beyoncé

***Le Monde