Menu

L’Etat islamique et la théologie du viol.

21 août 2015 - MONDE ARABE
L’Etat islamique et la théologie du viol.

viol_Daech

Qadya, Irak. « Juste avant de violer la jeune fille âgée de 12 ans, ce combattant de l’Etat Islamique a pris le temps d’expliquer que ce qu’il s’apprêtait à faire n’était pas un pêché. Parce que cette préadolescente pratiquait une autre religion que l’Islam, non seulement le Coran lui donnait le droit de la violer mais, insistait-il, il le préconisait et encourageait à le faire.

guillemets_Gris30Il lui attacha les mains et la bâillonna. Puis il s’agenouilla à côté du lit et se prosterna dans la prière avant de se mettre sur elle. Lorsque cela fut fini, il s’agenouilla pour prier à nouveau, mettant fin au viol par des actes de dévotion religieuse.

guillemets_Gris30 » Je ne cessais de lui dire ça fait mal, s’il vous plaît, arrêtez, «  dit la jeune fille, dont le corps est si petit qu’un adulte pourrait encercler sa taille de ses deux mains.   « Il m’a dit que selon l’Islam, il est autorisé à violer une non croyante. Il a dit qu’en me violant, il se rapproche de Dieu » , raconte-t-elle dans un entretien avec sa famille dans un camp de réfugiés dans lequel elle a trouvé refuge après 11 mois de captivité.

guillemets_Gris30Dieu est amour… À la décharge (si je puis dire) de l’islam, je dois préciser que sunnites et chiites s’entendent — une fois n’est pas coutume — pour affirmer que le viol systématique pratiqué par les hommes de Daech n’est pas hallal. On est content de l’entendre.

guillemets_Gris30Le récit ci-dessus se trouve dans un long article extrêmement fouillé du New York Times qui a été patiemment traduit ici, pour les non-anglicistes.
La presse française de droite (j’utilise encore ces qualificatifs qui me paraissent totalement obsolètes, juste histoire de me faire comprendre des imbéciles qui passeraient ici, et qui, contrairement aux lecteurs usuels de ce blog, croient qu’il existe encore une gauche française identifiable dans la coterie au pouvoir)longuement fait état de ces pratiques courantes dans tous les états fondamentalistes en guerre — particulièrement dans toute l’Afrique islamisée : voir par exemple au Soudan. Pour ce qui est du Nigeria et de Boko Haram, on sait comment ils se servent en vierges dans les écoles.
guillemets_Gris30C’est qu’un pucelage, cela a son prix, dans cette religion de paix et d’amour, comme le souligne un éminent islamologue, Claude Sicard, dans les colonnes du Figaro. Il rappelle au passage que, mesdames, vous êtes des créatures inférieures, qui devez vous couvrir afin de ne pas attiser le désir turgescent des guerriers / des mâles / des hommes de 7 à 77 ans.
guillemets_Gris30Quelle idée aussi ont eu des journalistes femmes d’aller couvrir il y a deux ans la révolution égyptienne ? Caroline Sinz ou Lara Logan se sont fait violer en public sur la place Tarir. Ça n’a guère ému la rédaction de France Télévision — la peur de l’amalgame, etc. Quelle idée a eu cette travailleuse humanitaire, Kayla Mueller, enlevée par l’Etat islamique, qui a bénéficié d’un viol personnel du calife Abou Bakr al-Baghdadi… Et cette petite imbécile s’en remettait à dieu dans la dernière lettre qu’elle a fait passer à ses parents… C’était sans compter sur la confraternité des totems du monothéisme.

guillemets_Gris30Singulière religion où les hommes sont habités de désirs incontrôlables, où les femmes sont des incitations permanentes au viol, où un léger frisottis sur la nuque rappelle les toisons pubiennes, etc. Curieuse religion où les femmes ne sont pas maîtresses de leur corps, et où de surcroît elles sont impures quelques jours par moi : et comme elles ne portent pas de camélia rouge à la boutonnière de leur burqa, elles sont suspectes d’impureté 365 jours par an.

guillemets_Gris30Un lecteur de passage m’a reproché d’avoir en grande partie abandonné le thème de l’école, autour duquel s’était constitué mon blog, et de faire dans l’obsession islamique. Mais c’est la même chose : l’école française est laïque, le Savoir est agnostique, et tout ce qui contrevient à ces deux fondements du système éducatif doit être vigoureusement combattu. Il y a un siècle ou deux, c’eût été le jésuitisme des congrégations. Aujourd’hui, c’est le salafisme.
En vérité je te le dis, ami musulman de passage. Les femmes ne sont pas des incitations au viol, mais à la politesse et aux raffinements de la courtoisie, et elles font ce qu’elles veulent de leur corps — qui qu’elles soient, y compris ta sœur et ta mère.
Et figure-toi qu’elles ont elles aussi parfois des désirs, mais qu’elles ne bondissent pas sur ce prétexte, ni sur le fait que tu ne couvres pas ta tête, petit salopiaud, pour te violer en public — non sans avoir invoqué le Prophète, « sottise et bénédiction », comme dit Voltaire, soient sur lui.

PS. J’écrivais il y a quelques mois que l’Islam guerrier (c’est plus ou moins un pléonasme, selon que vous prenez le Coran au premier ou au second degré,comme l’explique Claude Sicard) s’attaque aux musées et aux sites archéologiques parce qu’il a l’obsession d’abolir le temps. On vient d’apprendre que l’Etat islamique a décapité le directeur des antiquités de Palmyre (82 ans — il était temps, il aurait pu mourir bêtement de vieillesse), et a suspendu son cadavre au sommet d’une colonne. Avertissement sans frais à tous les archéologues : il n’y a pas de passé, ni de présent ou d’avenir quand on prend à la lettre les mots d’un texte écrit il y a 1400 ans.

***Causeur / Jean-Paul Brighelli