Menu

Catalogne – Espagne, la dispute de vieux couple

29 septembre 2015 - MONDE
Catalogne – Espagne, la dispute de vieux couple
Esapgne

Pour le chef de l’exécutif régional, Artur Mas, le vote constitue un «feu vert explicite pour poursuivre le processus vers la séparation». (Reuters)

Au lendemain des élections qui ont vu gagner le camp indépendantiste, il n’y aura pas de thérapeute conjugal pour régler l’affaire. C’est à Madrid de faire un pas.

guillemets_Gris30Le mal est fait. La Catalogne, d’un côté, le reste de l’Espagne de l’autre, se sont réveillés lundi comme un vieux couple au sortir d’une scène de ménage particulièrement orageuse. Des insultes ont été proférées à qui mieux mieux; la vaisselle brisée est partout; la théière de belle-maman est en miettes; il y a même une porte défoncée.

guillemets_Gris30Une forme d’exutoire, douloureuse mais salutaire au final, puisqu’elle aura permis de se convaincre qu’en définitive, les deux partenaires tiennent l’un à l’autre? Malheureusement, vu la dynamique récente du vieux couple, c’est plutôt l’inverse qui semble vrai: un nouveau pas de trop franchi vers l’irréconciliable. Une surenchère supplémentaire qui, de part et d’autre, ne fait que rapprocher une perspective que l’on croyait jusqu’ici impensable: celle du divorce.

guillemets_Gris30Ramenée sur le terrain politique, cette querelle matrimoniale n’en est que plus caricaturale encore. Au nationalisme des uns, les autres ont répondu par un nationalisme au carré. Oublié, dans le camp indépendantiste, le prix exorbitant que coûterait un éventuel passage à l’acte. Tout a été rêvé en rose du côté de Barcelone. Tout est vu comme possible pour une nation nouvelle, tant qu’existe la foi inébranlable en l’avenir.

guillemets_Gris30Mais en contrepoint, enterrée aussi, chez les «espagnolistes», la nécessité de prendre en compte la réalité d’une Catalogne (20% de la richesse nationale, 15% de la population) qui est le visage même de l’Espagne moderne et innovante. Face à elle, les autorités de Madrid – et surtout le Parti populaire du premier ministre Mariano Rajoy – se sont comportées comme des donneurs de leçons d’un autre âge. Comme un maître d’école dépassé devant une classe turbulente, qui n’a d’autre recette à apporter que la discipline et le bonnet d’âne.

guillemets_Gris30La Catalogne sort coupée en deux des élections de dimanche. Et c’est au sein même de cette société catalane que la fracture est la plus lourde de dangers, même si la cavalcade vers l’indépendance s’est déroulée jusqu’ici dans une ambiance bon enfant – en partie parce que les millions de Catalans qui ne sont pas tentés par l’aventure indépendantiste n’y voyaient qu’une amourette sans lendemain.

guillemets_Gris30Et le reste de l’Espagne? Il est politiquement en miettes, comme la théière de belle-maman. Il lui faudra vite se recomposer. Car c’est à lui, désormais, de faire le pas vers les Catalans, de leur offrir, enfin, reconnaissance et respect, dans un cadre constitutionnel. Il n’y aura pas de thérapeute conjugal pour régler l’affaire. Pour prévenir le divorce, ce sera la seule tentative possible.

***Le Temps / Luis Lema