Menu

Attentats de Paris: ils s’appelaient Hugo, Justine, Djamila, Patricia…

16 novembre 2015 - ACTUALITE
Attentats de Paris: ils s’appelaient Hugo, Justine, Djamila, Patricia…

Morts

rois jours après les attaques terroristes, les avis de recherche des personnes disparues laissent peu à peu place aux avis de décès. Des noms, des visages, des vies et des destins brisés commencent à émerger, au fil des hommages.

Trente-six heures après les attentats meurtriers qui ont frappé Paris, la liste des victimes ne cesse de s’allonger. Sur les réseaux sociaux, et notamment Twitter via le mot-clé #RechercheParis, les avis de recherche se changent en une triste litanie d’avis de décès. Parmi les 129 personnes dont la mort est confirmée ce dimanche soir, certaines ont déjà un nom, un visage et une mémoire à honorer.

(Cet article est mis à jour à mesure de la publication des identités des victimes.)

Valeria Solesin

Valeria Solesin, 28 ans, préparait une thèse à l’Institut national d’études démographiques (Ined) où elle travaillait entre autre sur la fécondité des femmes et leurs carrières, en France et en Italie. Originaire du quartier de Cannaregio, à Venise, elle s’était installée à Paris il y a quatre ans pour poursuivre ses études en doctorat. Valeria Solesin gardait souvent le fils de Matteo, un Italien résidant en France, joint par l’Express. « Il a appris la lettre V avec Valeria et Venise », se souvient Matteo, en dressant le portrait d’une jeune femme « solaire,

très disponible et solidaire », bénévole dans des associations d’aide aux sans-abri. « C’était une citoyenne engagée qui essayait de donner le meilleur aux autres sans rien attendre en retour. »

tweeet

Domi

Pierre Innocenti et Stéphane Albertini

Pierre – ou Pierro – Innocenti, 40 ans, et Stéphane Albertini étaient les patrons du restaurant Chez Livio, à Neuilly, dans le département des Hauts-de-Seine. A l’été 2014, Le Parisien consacrait un article à ces deux cousins et leur établissement familial. Leur cuisine italienne avait attiré Brigitte Bardot et Alain Delon dans les années 60. Plus récemment, Nicolas Sarkozy ou bien encore les joueurs du PSG. « Petits, nous avons passé beaucoup de temps dans le restaurant, racontait Pierre Innocenti, qui se disait « quasiment né ici ». Le quotidien Corriere della Serra décrit la famille comme une « dynastie de restaurateurs » italiens.

Noir

Hugo Sarrade

Hugo Sarrade, 23 ans, était étudiant en informatique à l’université de Montpellier. A la Dépêche du midi, son père le décrit comme un passionné de rock qui « parcourait les festivals en France et en Europe ». Un ami le présente comme « un gars adorable, sans embrouille, à l’écoute des gens, très calme » et passionné par le Japon.

Ludovic Boumbas

Originaire du Congo, Ludovic Boumbas, avait grandi à Lille. Il travaillait comme chauffeur pour Fedex, selon le Daily Mail. Le journal britannique raconte qu’il est mort en protégeant des balles une femme toujours grièvement blessée, à la terrasse de la Belle équipe.

1

Bertrand Navarret

Bertrand Navarret avait 37 ans. Né à Tarbes, fils d’un notaire de la ville, ce passionné de sports de glisse vivait à Capbreton, où il était charpentier. Venu passer quelques jours à Paris avec deux amis, il a été tué au Bataclan.

2

Matthieu Giroud

Maître de conférence en géographie à l’université Paris-Est Marne-la-Vallée, Matthieu Giroud travaillait notamment sur la ville, les inégalités, ou la gentrification. Il avait cosigné plusieurs tribunes sur ces sujets dans Libération. Le Dauphiné libéré le dit originaire de Jarrie, aux environs de Grenoble. Matthieu Giroud était père d’un garçon de trois ans et sa femme attendait un deuxième enfant, selon l’un de ses proches, le scénariste Xabi Molia, qui salue sa mémoire sur Facebook: « Il était beau comme un camion, Matthieu. Il avait de l’appétit pour tout, même pour le hard rock. Et sa bonté semblait sans limite. »

3

Justine Moulin

Justine Moulin avait 23 ans, selon La Voix du Nord, qui évoque les origines de cette étudiante d’Asnières (Hauts-de-Seine), dont la famille venait de Nieppe, dans le Nord. Son école, Skema Business School, a confirmé son décès. D’après une amie citée par des médias américains, elle envisageait de passer le prochain semestre en échange universitaire à Raleigh, en Caroline du Nord.

Nicolas Classeau

Nicolas Classeau, 43 ans, était directeur de l’IUT de Marne-la-Vallée. Résidant à Bagnolet, ce fan de rock, guitariste amateur, assistait au concert du Bataclan avec son épouse, elle-même blessée et aujourd’hui toujours hospitalisée. Il était père de trois enfants. Jérôme Impellizzieri, l’un de ses amis, interviewé par Le Parisien, lui rend hommage en ces termes: « Nicolas avait à coeur d’être au service des étudiants et des personnels. Il avait une énergie incroyable. Il ne se prenait pas au sérieux mais faisait tout avec sérieux. (…) Il dépotait dans ses fonctions. Car c’était une grande gueule. » Jean-Marie Cléry, ancien étudiant devenu enseignant vacataire à l’IUT de Marne-la-Vallée, confirme lui aussi sur Facebook que Nicolas Classeau était « quelqu’un de très humain et toujours à l’écoute de ses étudiants ».

95

Guillaume Le Dramp

Guillaume Le Dramp avait 33 ans. Il fait partie des victimes de La Belle Equipe. Originaire de Cherbourg, il était actuellement serveur à Paris

7

Yannick Minvielle

Yannick Minvielle était directeur de création à l’agence Red, du groupe Publicis, depuis 2011. Selon France3, il était originaire d’Epervans, un village de Saône-et-Loire où son père avait été élu.

8

Asta Diakite

Asta Diakite était la cousine du joueur de football Lassana Diarra, présent sur la pelouse du match France-Allemagne vendredi soir, lorsque trois kamikazes ont déclenché leurs bombes autour du Stade de France. Elle, a perdu la vie à Paris, sous les balles des tueurs. « [Asta] était pour moi un repère, un soutien, une grande soeur », écrit l’international et milieu de terrain de l’OM, dans un message mis en ligne sur les réseaux sociaux.

5

Mathieu Hoche

Mathieu Hoche travaillait comme technicien pour France 24, mais aussi iTélé. L’un de ses amis le présente sur Twitter comme un grand amateur de rock’n roll. Il était père d’un enfant de six ans, selon la chef du service politique de France 24 Roselyne Febvre.

10.

Amine Ibnolmobarak

Amine Ibnolmobarak, un jeune marocain d’une vingtaine d’années, avait décroché en 2013 son diplôme de l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Paris-Malaquais, où il avait notamment consacré un projet de recherche au pèlerinage de La Mecque. Depuis un an, il encadrait les projets de fin d’études des étudiants de cette école et travaillait pour le cabinet MNAI. Selon les messages de ses proches sur les réseaux sociaux, il venait de se marier. Sa femme, elle, a été blessée dans les attentats.

11jpg

Etudiante à l’université de Californie, Nohemi Gonzalez était originaire d’El Monte, dans les environs de Los Angeles. A 23 ans, cette jeune américaine comptait parmi les 17 participants d’un semestre d’échange avec des établissements parisiens. Elle avait intégré, depuis la rentrée, le Strate College de Paris, l’une des principales écoles françaises de design. Selon des membres de sa famille interrogés par NBC News, elle avait travaillé pour financer son voyage à Paris. Un voyage dont elle rêvait depuis plusieurs années.

11

Les attentats de Paris ont fait 129 victimes. Si des familles restent sans nouvelles de leurs proches, les noms de certaines personnes tuées commencent à être connus.

Photos diffusées par les familles et amis des victimes sur Facebook et Twitter

Trois jours après les attaques terroristes, les avis de recherche des personnes disparues laissent peu à peu place aux avis de décès. Des noms, des visages, des vies et des destins brisés commencent à émerger, au fil des hommages.

Trente-six heures après les attentats meurtriers qui ont frappé Paris, la liste des victimes ne cesse de s’allonger. Sur les réseaux sociaux, et notamment Twitter via le mot-clé #RechercheParis, les avis de recherche se changent en une triste litanie d’avis de décès. Parmi les 129 personnes dont la mort est confirmée ce dimanche soir, certaines ont déjà un nom, un visage et une mémoire à honorer.

(Cet article est mis à jour à mesure de la publication des identités des victimes.)

Valeria Solesin

Valeria Solesin, 28 ans, préparait une thèse à l’Institut national d’études démographiques (Ined) où elle travaillait entre autre sur la fécondité des femmes et leurs carrières, en France et en Italie. Originaire du quartier de Cannaregio, à Venise, elle s’était installée à Paris il y a quatre ans pour poursuivre ses études en doctorat. Valeria Solesin gardait souvent le fils de Matteo, un Italien résidant en France, joint par l’Express. « Il a appris la lettre V avec Valeria et Venise », se souvient Matteo, en dressant le portrait d’une jeune femme « solaire, très disponible et solidaire », bénévole dans des associations d’aide aux sans-abri. « C’était une citoyenne engagée qui essayait de donner le meilleur aux autres sans rien attendre en retour. »

Victor Muñoz

Victor Muñoz avait 25 ans et se lançait tout juste dans la vie active comme consultant en référencement sur Internet. « Il venait de finir ses études à la Paris School of Business, raconte Paul, un de ses amis. Il était toujours joyeux, souriant et très social. » Paul, avec d’autres amis, s’était mobilisé dès les attaques de vendredi soir pour tenter de retrouver sa trace. « Il est mort d’une balle dans le dos, relate-t-il. On a mis du temps à le retrouver car il n’avait pas de carte d’identité sur lui. Après avoir écumé les hôpitaux, ses parents l’ont retrouvé à la morgue. »

Pierre Innocenti et Stéphane Albertini

Pierre – ou Pierro – Innocenti, 40 ans, et Stéphane Albertini étaient les patrons du restaurant Chez Livio, à Neuilly, dans le département des Hauts-de-Seine. A l’été 2014, Le Parisien consacrait un article à ces deux cousins et leur établissement familial. Leur cuisine italienne avait attiré Brigitte Bardot et Alain Delon dans les années 60. Plus récemment, Nicolas Sarkozy ou bien encore les joueurs du PSG. « Petits, nous avons passé beaucoup de temps dans le restaurant, racontait Pierre Innocenti, qui se disait « quasiment né ici ». Le quotidien Corriere della Serra décrit la famille comme une « dynastie de restaurateurs » italiens.

Hugo Sarrade

Hugo Sarrade, 23 ans, était étudiant en informatique à l’université de Montpellier. A la Dépêche du midi, son père le décrit comme un passionné de rock qui « parcourait les festivals en France et en Europe ». Un ami le présente comme « un gars adorable, sans embrouille, à l’écoute des gens, très calme » et passionné par le Japon.

Germain Férey

Germain Férey, 36 ans, originaire de Normandie, est mort au Bataclan, où il s’était rendu avec sa compagne. A l’origine employé dans le secteur bancaire, il avait réalisé avec succès une reconversion dans le domaine de la réalisation audiovisuelle, en reprenant des études, en 2004. Il avait ensuite notamment travaillé pour des laboratoires de post-production audiovisuelle, avant de se mettre à son compte en 2011, pour réaliser divers projets filmiques et photographiques.

Ludovic Boumbas

Originaire du Congo, Ludovic Boumbas, avait grandi à Lille. Il travaillait comme chauffeur pour Fedex, selon le Daily Mail. Le journal britannique raconte qu’il est mort en protégeant des balles une femme toujours grièvement blessée, à la terrasse de la Belle équipe.

Bertrand Navarret

Bertrand Navarret avait 37 ans. Né à Tarbes, fils d’un notaire de la ville, ce passionné de sports de glisse vivait à Capbreton, où il était charpentier. Venu passer quelques jours à Paris avec deux amis, il a été tué au Bataclan.

Matthieu Giroud

Maître de conférence en géographie à l’université Paris-Est Marne-la-Vallée, Matthieu Giroud travaillait notamment sur la ville, les inégalités, ou la gentrification. Il avait cosigné plusieurs tribunes sur ces sujets dans Libération. Le Dauphiné libéré le dit originaire de Jarrie, aux environs de Grenoble. Matthieu Giroud était père d’un garçon de trois ans et sa femme attendait un deuxième enfant, selon l’un de ses proches, le scénariste Xabi Molia, qui salue sa mémoire sur Facebook: « Il était beau comme un camion, Matthieu. Il avait de l’appétit pour tout, même pour le hard rock. Et sa bonté semblait sans limite. »

Justine Moulin

Justine Moulin avait 23 ans, selon La Voix du Nord, qui évoque les origines de cette étudiante d’Asnières (Hauts-de-Seine), dont la famille venait de Nieppe, dans le Nord. Son école, Skema Business School, a confirmé son décès. D’après une amie citée par des médias américains, elle envisageait de passer le prochain semestre en échange universitaire à Raleigh, en Caroline du Nord.

Nicolas Classeau

Nicolas Classeau, 43 ans, était directeur de l’IUT de Marne-la-Vallée. Résidant à Bagnolet, ce fan de rock, guitariste amateur, assistait au concert du Bataclan avec son épouse, elle-même blessée et aujourd’hui toujours hospitalisée. Il était père de trois enfants. Jérôme Impellizzieri, l’un de ses amis, interviewé par Le Parisien, lui rend hommage en ces termes: « Nicolas avait à coeur d’être au service des étudiants et des personnels. Il avait une énergie incroyable. Il ne se prenait pas au sérieux mais faisait tout avec sérieux. (…) Il dépotait dans ses fonctions. Car c’était une grande gueule. » Jean-Marie Cléry, ancien étudiant devenu enseignant vacataire à l’IUT de Marne-la-Vallée, confirme lui aussi sur Facebook que Nicolas Classeau était « quelqu’un de très humain et toujours à l’écoute de ses étudiants ».

Guillaume Le Dramp

Guillaume Le Dramp avait 33 ans. Il fait partie des victimes de La Belle Equipe. Originaire de Cherbourg, il était actuellement serveur à Paris.

Yannick Minvielle

Yannick Minvielle était directeur de création à l’agence Red, du groupe Publicis, depuis 2011. Selon France3, il était originaire d’Epervans, un village de Saône-et-Loire où son père avait été élu.

Asta Diakite

Asta Diakite était la cousine du joueur de football Lassana Diarra, présent sur la pelouse du match France-Allemagne vendredi soir, lorsque trois kamikazes ont déclenché leurs bombes autour du Stade de France. Elle, a perdu la vie à Paris, sous les balles des tueurs. « [Asta] était pour moi un repère, un soutien, une grande soeur », écrit l’international et milieu de terrain de l’OM, dans un message mis en ligne sur les réseaux sociaux.

Mathieu Hoche

Mathieu Hoche travaillait comme technicien pour France 24, mais aussi iTélé. L’un de ses amis le présente sur Twitter comme un grand amateur de rock’n roll. Il était père d’un enfant de six ans, selon la chef du service politique de France 24 Roselyne Febvre.

Amine Ibnolmobarak

Amine Ibnolmobarak, un jeune marocain d’une vingtaine d’années, avait décroché en 2013 son diplôme de l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Paris-Malaquais, où il avait notamment consacré un projet de recherche au pèlerinage de La Mecque. Depuis un an, il encadrait les projets de fin d’études des étudiants de cette école et travaillait pour le cabinet MNAI. Selon les messages de ses proches sur les réseaux sociaux, il venait de se marier. Sa femme, elle, a été blessée dans les attentats.

Nohemi Gonzalez

Etudiante à l’université de Californie, Nohemi Gonzalez était originaire d’El Monte, dans les environs de Los Angeles. A 23 ans, cette jeune américaine comptait parmi les 17 participants d’un semestre d’échange avec des établissements parisiens. Elle avait intégré, depuis la rentrée, le Strate College de Paris, l’une des principales écoles françaises de design. Selon des membres de sa famille interrogés par NBC News, elle avait travaillé pour financer son voyage à Paris. Un voyage dont elle rêvait depuis plusieurs années.

François-Xavier Prévost

D’après La Voix du Nord, François-Xavier Prévost, 29 ans, avait grandi à Lambersart, dans la banlieue lilloise. Sa photo avait été largement diffusée sur Twitter après l’attaque du Bataclan, où il passait la soirée avec des amis.

12

Véronique Geoffroy de Bourgies

Ancienne journaliste, Véronique Geoffroy de Bourgies, 54 ans, présidait Zazakely Sambatra, une association humanitaire d’aide aux enfants malgaches. Elle-même était mère de deux enfants, de 12 et 14 ans, adoptés à Madagascar. Les ONG qui interviennent dans la région multiplient les hommages à son endroit sur les réseaux sociaux.

Les attentats de Paris ont fait 129 victimes. Si des familles restent sans nouvelles de leurs proches, les noms de certaines personnes tuées commencent à être connus.

Photos diffusées par les familles et amis des victimes sur Facebook et Twitter

Trois jours après les attaques terroristes, les avis de recherche des personnes disparues laissent peu à peu place aux avis de décès. Des noms, des visages, des vies et des destins brisés commencent à émerger, au fil des hommages.

Trente-six heures après les attentats meurtriers qui ont frappé Paris, la liste des victimes ne cesse de s’allonger. Sur les réseaux sociaux, et notamment Twitter via le mot-clé #RechercheParis, les avis de recherche se changent en une triste litanie d’avis de décès. Parmi les 129 personnes dont la mort est confirmée ce dimanche soir, certaines ont déjà un nom, un visage et une mémoire à honorer.

(Cet article est mis à jour à mesure de la publication des identités des victimes.)

Valeria Solesin

Valeria Solesin, 28 ans, préparait une thèse à l’Institut national d’études démographiques (Ined) où elle travaillait entre autre sur la fécondité des femmes et leurs carrières, en France et en Italie. Originaire du quartier de Cannaregio, à Venise, elle s’était installée à Paris il y a quatre ans pour poursuivre ses études en doctorat. Valeria Solesin gardait souvent le fils de Matteo, un Italien résidant en France, joint par l’Express. « Il a appris la lettre V avec Valeria et Venise », se souvient Matteo, en dressant le portrait d’une jeune femme « solaire, très disponible et solidaire », bénévole dans des associations d’aide aux sans-abri. « C’était une citoyenne engagée qui essayait de donner le meilleur aux autres sans rien attendre en retour. »

Victor Muñoz

Victor Muñoz avait 25 ans et se lançait tout juste dans la vie active comme consultant en référencement sur Internet. « Il venait de finir ses études à la Paris School of Business, raconte Paul, un de ses amis. Il était toujours joyeux, souriant et très social. » Paul, avec d’autres amis, s’était mobilisé dès les attaques de vendredi soir pour tenter de retrouver sa trace. « Il est mort d’une balle dans le dos, relate-t-il. On a mis du temps à le retrouver car il n’avait pas de carte d’identité sur lui. Après avoir écumé les hôpitaux, ses parents l’ont retrouvé à la morgue. »

Pierre Innocenti et Stéphane Albertini

Pierre – ou Pierro – Innocenti, 40 ans, et Stéphane Albertini étaient les patrons du restaurant Chez Livio, à Neuilly, dans le département des Hauts-de-Seine. A l’été 2014, Le Parisien consacrait un article à ces deux cousins et leur établissement familial. Leur cuisine italienne avait attiré Brigitte Bardot et Alain Delon dans les années 60. Plus récemment, Nicolas Sarkozy ou bien encore les joueurs du PSG. « Petits, nous avons passé beaucoup de temps dans le restaurant, racontait Pierre Innocenti, qui se disait « quasiment né ici ». Le quotidien Corriere della Serra décrit la famille comme une « dynastie de restaurateurs » italiens.

Hugo Sarrade

Hugo Sarrade, 23 ans, était étudiant en informatique à l’université de Montpellier. A la Dépêche du midi, son père le décrit comme un passionné de rock qui « parcourait les festivals en France et en Europe ». Un ami le présente comme « un gars adorable, sans embrouille, à l’écoute des gens, très calme » et passionné par le Japon.

Germain Férey

Germain Férey, 36 ans, originaire de Normandie, est mort au Bataclan, où il s’était rendu avec sa compagne. A l’origine employé dans le secteur bancaire, il avait réalisé avec succès une reconversion dans le domaine de la réalisation audiovisuelle, en reprenant des études, en 2004. Il avait ensuite notamment travaillé pour des laboratoires de post-production audiovisuelle, avant de se mettre à son compte en 2011, pour réaliser divers projets filmiques et photographiques.

Ludovic Boumbas

Originaire du Congo, Ludovic Boumbas, avait grandi à Lille. Il travaillait comme chauffeur pour Fedex, selon le Daily Mail. Le journal britannique raconte qu’il est mort en protégeant des balles une femme toujours grièvement blessée, à la terrasse de la Belle équipe.

Bertrand Navarret

Bertrand Navarret avait 37 ans. Né à Tarbes, fils d’un notaire de la ville, ce passionné de sports de glisse vivait à Capbreton, où il était charpentier. Venu passer quelques jours à Paris avec deux amis, il a été tué au Bataclan.

Matthieu Giroud

Maître de conférence en géographie à l’université Paris-Est Marne-la-Vallée, Matthieu Giroud travaillait notamment sur la ville, les inégalités, ou la gentrification. Il avait cosigné plusieurs tribunes sur ces sujets dans Libération. Le Dauphiné libéré le dit originaire de Jarrie, aux environs de Grenoble. Matthieu Giroud était père d’un garçon de trois ans et sa femme attendait un deuxième enfant, selon l’un de ses proches, le scénariste Xabi Molia, qui salue sa mémoire sur Facebook: « Il était beau comme un camion, Matthieu. Il avait de l’appétit pour tout, même pour le hard rock. Et sa bonté semblait sans limite. »

Justine Moulin

Justine Moulin avait 23 ans, selon La Voix du Nord, qui évoque les origines de cette étudiante d’Asnières (Hauts-de-Seine), dont la famille venait de Nieppe, dans le Nord. Son école, Skema Business School, a confirmé son décès. D’après une amie citée par des médias américains, elle envisageait de passer le prochain semestre en échange universitaire à Raleigh, en Caroline du Nord.

Nicolas Classeau

Nicolas Classeau, 43 ans, était directeur de l’IUT de Marne-la-Vallée. Résidant à Bagnolet, ce fan de rock, guitariste amateur, assistait au concert du Bataclan avec son épouse, elle-même blessée et aujourd’hui toujours hospitalisée. Il était père de trois enfants. Jérôme Impellizzieri, l’un de ses amis, interviewé par Le Parisien, lui rend hommage en ces termes: « Nicolas avait à coeur d’être au service des étudiants et des personnels. Il avait une énergie incroyable. Il ne se prenait pas au sérieux mais faisait tout avec sérieux. (…) Il dépotait dans ses fonctions. Car c’était une grande gueule. » Jean-Marie Cléry, ancien étudiant devenu enseignant vacataire à l’IUT de Marne-la-Vallée, confirme lui aussi sur Facebook que Nicolas Classeau était « quelqu’un de très humain et toujours à l’écoute de ses étudiants ».

Guillaume Le Dramp

Guillaume Le Dramp avait 33 ans. Il fait partie des victimes de La Belle Equipe. Originaire de Cherbourg, il était actuellement serveur à Paris.

Yannick Minvielle

Yannick Minvielle était directeur de création à l’agence Red, du groupe Publicis, depuis 2011. Selon France3, il était originaire d’Epervans, un village de Saône-et-Loire où son père avait été élu.

Asta Diakite

Asta Diakite était la cousine du joueur de football Lassana Diarra, présent sur la pelouse du match France-Allemagne vendredi soir, lorsque trois kamikazes ont déclenché leurs bombes autour du Stade de France. Elle, a perdu la vie à Paris, sous les balles des tueurs. « [Asta] était pour moi un repère, un soutien, une grande soeur », écrit l’international et milieu de terrain de l’OM, dans un message mis en ligne sur les réseaux sociaux.

Mathieu Hoche

Mathieu Hoche travaillait comme technicien pour France 24, mais aussi iTélé. L’un de ses amis le présente sur Twitter comme un grand amateur de rock’n roll. Il était père d’un enfant de six ans, selon la chef du service politique de France 24 Roselyne Febvre.

Amine Ibnolmobarak

Amine Ibnolmobarak, un jeune marocain d’une vingtaine d’années, avait décroché en 2013 son diplôme de l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Paris-Malaquais, où il avait notamment consacré un projet de recherche au pèlerinage de La Mecque. Depuis un an, il encadrait les projets de fin d’études des étudiants de cette école et travaillait pour le cabinet MNAI. Selon les messages de ses proches sur les réseaux sociaux, il venait de se marier. Sa femme, elle, a été blessée dans les attentats.

Nohemi Gonzalez

Etudiante à l’université de Californie, Nohemi Gonzalez était originaire d’El Monte, dans les environs de Los Angeles. A 23 ans, cette jeune américaine comptait parmi les 17 participants d’un semestre d’échange avec des établissements parisiens. Elle avait intégré, depuis la rentrée, le Strate College de Paris, l’une des principales écoles françaises de design. Selon des membres de sa famille interrogés par NBC News, elle avait travaillé pour financer son voyage à Paris. Un voyage dont elle rêvait depuis plusieurs années.

François-Xavier Prévost

D’après La Voix du Nord, François-Xavier Prévost, 29 ans, avait grandi à Lambersart, dans la banlieue lilloise. Sa photo avait été largement diffusée sur Twitter après l’attaque du Bataclan, où il passait la soirée avec des amis.

Véronique Geoffroy de Bourgies

Ancienne journaliste, Véronique Geoffroy de Bourgies, 54 ans, présidait Zazakely Sambatra, une association humanitaire d’aide aux enfants malgaches. Elle-même était mère de deux enfants, de 12 et 14 ans, adoptés à Madagascar. Les ONG qui interviennent dans la région multiplient les hommages à son endroit sur les réseaux sociaux.

Cédric Mauduit

Cédric Mauduit était directeur de la modernisation au conseil départemental du Calvados. Son décès a été confirmé par la collectivité qui dit perdre « un de [ses] meilleurs collaborateurs ». « Il se faisait une joie de partager ce concert avec ses cinq amis, il est devenu la cible d’un terrorisme aveugle », a commenté le président du département. Son frère Matthieu a publié dimanche 15 novembre un appel sur Facebook pour demander à David Bowie et aux Rolling Stones – les idoles de Cédric – de venir à ses funérailles.

14

 

 

 

 

 

***Ja suite es l’article suivre ICI