Menu

“Le fantôme de Claude François vit au moulin”

12 mars 2016 - EDITION
“Le fantôme de Claude François vit au moulin”

Claude-Francois

Le chro­niqueur publie un guide offi­ciel sur Danne­mois.

À l’heure du 38e anni­ver­saire de la dispa­ri­tion de Claude François, la fasci­na­tion pour le chan­teur est encore bien présente. Dans un livre unique, Fabien Lecoeuvre, biographe offi­ciel de la star s’inté­resse au moulin de Danne­mois, la demeure éter­nelle de Cloclo.

guillemets_Gris30“Plus de 80 ouvrages ont été consa­crés à Claude François, mais jamais encore à sa propriété”. Le constat de départ de Fabien Lecoeuvre est simple. Celui qui s’est imposé comme le meilleur repré­sen­tant de l’oeuvre du chan­teur disparu il y a 38 ans aujourd’­hui, a donc décidé de répondre à l’inté­rêt des fans et des curieux.

guillemets_Gris30Il faut l’ad­mettre: “le culte de la person­na­lité de Claude François passe aussi par le moulin de Danne­mois dans lequel il a vécu près de 15 ans”. Quand l’in­ter­prète de Belles, belles, belles a acquis cette propriété au prin­temps 1964, c’est évidem­ment pour son empla­ce­ment, ses pres­ta­tions mais aussi pour son carac­tère histo­rique. Au Moyen-âge, le moulin aurait été le lieu de séjour de Jeanne d’Arc en route vers Chinon et Charles VII. La maison aussi mythique que mystique héber­ge­rait aujourd’­hui encore “le fantôme de Claude François”. Pour Fabien Lecoeuvre, quand “on visite cette maison, on retrouve un peu l’âme de l’ar­tiste, consi­déré comme un phéno­mène reli­gieux” et des centaines de visi­teurs “y viennent d’ailleurs en pèle­ri­nage”.

guillemets_Gris30De la cave à la piscine en passant par le hall du rez-de-chaus­sée et la salle de cinéma, le chro­niqueur offre une visite pleine d’anec­dotes et de photos dans ce guide offi­ciel du moulin de Danne­mois. Comme Claude François lui-même, Fabien Lecoeuvre avoue une atti­rance parti­cu­lière pour “la maison améri­caine”, nom donné à la grange trans­for­mée en habi­ta­tion en 1973. Elle est un petit concen­tré des goûts de Cloclo: “une déco néo-clas­sique avec tout le confort moderne de l’époque, des pièces de mobi­lier Louis XIII, un aqua­rium géant, une table en marbre blanc et un canapé recou­vert de peau de vache”, c’est le lieu qui résume le mieux le chan­teur, selon Fabien Lecoeuvre.

guillemets_Gris30À l’époque, Claude François avait compris que “sa vie privée faisait partie de sa vie publique” et il ouvrait très régu­liè­re­ment les portes de son moulin adoré aux photo­graphes et au jour­na­listes. Une atti­tude en oppo­si­tion avec le “manque de géné­ro­sité” qui péna­lise aujourd’hui nos célé­bri­tés. Fabien Lecoeuvre regrette que “des Patrick Bruel ou des Béna­bar endossent leurs pano­plies de chan­teur, mais une fois sortis de scène, tout s’ar­rête et ils veulent rede­ve­nir anonymes”. Une stra­té­gie qui selon lui “enlève l’af­fec­tif entre la star et le public”.

guillemets_Gris30Les chan­sons et le mythe de Claude François ont laissé une telle empreinte dans le paysage audio­vi­suel français, qu’il est diffi­cile de lui trou­ver un héri­tier. M Pokora qui allie si bien danse et chant pour­rait s’en rappro­cher mais ça n’est pas du tout la même carrière” confie Fabien Lecoeuvre. Lui qui rega­gnera le moulin de Danne­mois pour une séance de dédi­cace de son guide ce dimanche, travaille égale­ment à une suite de Podium, la comé­die déso­pi­lante avec Benoît Poel­voorde en mauvais sosie de Cloclo, réalisé par Yann Moix.

Claude-Francois2

***Laure Coste