Menu

Caméras de vidéosurveillance ça tourne (pas toujours rond)

1 avril 2016 - HIGH TECH, SOCIAL
Caméras de vidéosurveillance  ça tourne (pas toujours rond)
Cameras

(Photo : SIPA.REX40388342_000021)

La preuve par deux faits d’actualité

« Caméras de vidéosurveillance qui parlent : va-t-on trop loin ? » Ce titre inquiétant est directement issu du petit « sondage » quotidien de l’édition en ligne du journal Le Parisien. Une question différente chaque jour, sur des sujets assez diversifiés : sport, politique, société, comportement d’une personnalité publique, etc. Parfois, on fait même bizarrement appel aux supposés dons divinatoires du lecteur moyen : « La France va-t-elle gagner le championnat du monde ? » Deux réponses possibles : oui ou non.

guillemets_Gris30En ce lundi de Pâques 2016 nous avons donc eu droit à cette question sur la vidéosurveillance. Ce n’est pas la question qui m’interpelle, mais la réponse : 67,4% des lecteurs votent « non », et seulement 32,6% d’entre eux votent « oui ».

guillemets_Gris30J’ignore si les lecteurs du Parisien en ligne sont représentatifs de la population française, mais, étant donnée l’apparente neutralité politique du journal, on peut supposer que oui. Il y aurait donc parmi nous, 67,4% de personnes qui considèrent qu’on ne va pas « trop loin » en espionnant tous nos faits et gestes dans l’espace public, et en intervenant illico au moindre comportement litigieux.

guillemets_Gris30Il y a déjà de nombreuses caméras de surveillance muettes un peu partout, au quotidien on les oublie. L’aspect positif de leur présence est qu’elles permettent, parfois, d’identifier agresseurs et voleurs et de mettre fin à leurs agissements, mais il est assez angoissant de se dire que ce n’est probablement qu’une étape vers une utilisation généralisée à tous. Certaines villes comme Mandelieu-la-Napoule (dans les Alpes-Maritimes) ont d’ailleurs déjà mis en place un système de surveillance par caméras parlantes.

guillemets_Gris30Imaginez… Vous décidez de jeter votre mégot de cigarette dans le caniveau, Médor s’oublie là où il ne faut pas, un pneu de votre voiture déborde un peu sur le passage protégé, vous entendez alors une voix vous donner l’ordre de corriger immédiatement votre comportement, certes incivique, mais tout de même banal. Stupéfié vous vous retrouvez tout à coup et bien malgré vous, dans le rôle de Don Camillo sermonné par la voix de Dieu le Père lui-même. Mais ici, la Voix est simplement rétribuée par la municipalité et postée derrière ses écrans de surveillance. Le progrès technologique est vraiment une chose formidable…

guillemets_Gris30Autrefois, on apprenait à l’école qu’il fallait construire sa vie dans la recherche du bien commun, que notre liberté s’arrêtait là où commençait celle de l’autre, que le respect de soi supposait le respect de cet Autre, et qu’on ne pouvait pas faire n’importe quoi, n’importe comment et n’importe où. Le surmoi ainsi façonné nous faisait adhérer à des valeurs communes qui rendaient possible et pacifiée la vie en société. Pour ceux qui n’avaient pas tout compris, le gendarme, la justice et la prison se chargeaient du complément d’information.

****Lucie Vilatte