Menu

Charlie Hebdo a reçu de nouvelles menaces de mort

30 juin 2016 - SOCIETE
Charlie Hebdo a reçu de nouvelles menaces de mort

Charlie

La rédac­tion de l’heb­do­ma­daire reste une cible

Un an et demi après l’at­ten­tat de Char­lie Hebdo dans lequel douze personnes ont perdu la vie, l’heb­do­ma­daire a reçu de nouvelles menaces. Une enquête a été ouverte.

guillemets_Gris30Le cauche­mar conti­nue. Les membres de la rédac­tion de Char­lie Hebdo ont fait récem­ment l’objet de nouvelles menaces de mort, un an et demi après la terrible attaque terro­riste du 7 janvier 2015 qui avait tué douze personnes – dont cinq dessi­na­teurs histo­riques et deux poli­ciers. Le parquet de Paris a ouvert une enquête la semaine dernière, pour établir d’où émanaient ces menaces.

guillemets_Gris30L’enquête préli­mi­naire a été confiée à la brigade de répres­sion de la délinquance contre la personne (BRDP) de la police judi­ciaire pari­sienne, a précisé une source proche du dossier à l’AFP, confir­mant une infor­ma­tion du Pari­sien. Depuis le 8 juin dernier, le jour­nal sati­rique aurait reçu une ving­taine de messages inquié­tants, notam­ment via sa page Face­book. Des messages parfois visibles de tous, postés publique­ment, mais rapi­de­ment effa­cés. Certains de ces messages lais­saient entendre que les membres de la rédac­tion allaient être à nouveau pris pour cibles.

guillemets_Gris30Mardi 22 juin, les dessi­na­teurs ont égale­ment reçu une lettre manus­crite adres­sée à l’en­semble de la rédac­tion, et dans laquelle ils ont trouvé la formule «Allah Akbar», ainsi que d’autres menaces de mort. «Ce genre de chose n’était pas arri­vée depuis un certain temps» a expliqué un proche de la direc­tion du jour­nal au Pari­sien. Le dessi­na­teur Riss, direc­teur de la publi­ca­tion depuis le 20 janvier 2015, a décidé de porter plainte. Pour le moment, personne n’a été inter­pellé, et les recherches se pour­suivent. Les auto­ri­tés prennent l’af­faire au sérieux. A l’heure actuelle, les membres de la rédac­tion de l’heb­do­ma­daire, endeuillés, sont encore sous protec­tion… et conti­nuent, chaque jour, de vivre dans la peur. 

****Crédits photos : Ronald Zak/AP/SIPA

Laisser un commentaire