Menu

La violente charge de Taubira contre Sarkozy

29 juillet 2016 - POLITIQUE
La violente charge de Taubira contre Sarkozy

Taubira

Dans un long message, l’ex-ministre a vivement réagi aux critiques de la droite sur la politique judiciaire de Hollande. Et en appelle à la décence des élus.

guillemets_Gris30Le nom du post laisse peu de place à l’ambiguïté : « Riposte à Nicolas Sarkozy qui a tant de mal à prendre la mesure des nécessités. » Ce mercredi 27 juillet, l’ancienne garde des Sceaux a répondu aux critiques de la droite, et plus particulièrement de l’ex-chef de l’État, sur la politique sécuritaire et judiciaire de François Hollande dans un très long message sur son compte Facebook. Et c’est avec des mots particulièrement forts qu’elle a choisi de riposter à celui qu’elle décrit comme « un candidat putatif à la fonction suprême, dont nous savons comment il l’a exercée, sur quel ton, sous quelle forme, avec quelles méthodes et quels discours, ne réussit pas à s’élever à la hauteur que requièrent les responsabilités auxquelles il aspire en une période de si grand danger ».

guillemets_Gris30Pour défendre ses années en tant que ministre, elle revient notamment sur les violentes attaques qu’elle a subies pendant quatre ans aussi bien sur sa politique que sur elle-même : « Désarmement pénal ? Mais où étaient les députés de l’UMP durant les débats parlementaires ? Ils écumaient comme à l’accoutumée studios et plateaux de télévision, à m’agonir de calomnies, mais n’avaient pas le temps de se rendre dans l’hémicycle pour y défendre leurs idées, s’ils en eurent », dénonce-t-elle, avant d’ajouter : « Ils ont fui le débat, déserté le combat, plus soucieux de leur notoriété médiatique que du sujet de société. »

L’indécence des polémiques

guillemets_Gris30L’ancienne ministre défend également son bilan : « J’ai pourtant clairement exposé l’évolution du droit des peines, le sens de la peine pour les victimes, les auteurs, la société, et les conditions de son efficacité ; la part qu’ont prise dans cette évolution d’anciens sénateurs et gardes des Sceaux, y compris de la droite et du centre », explique-t-elle avant de revenir sur les polémiques liées aux deux derniers attentats de juillet : « Les voilà de retour, tellement désorientés par la macabre inventivité des terroristes djihadistes qu’ils comblent, par des provocations déplacées, des mises en cause opportunistes, des radotages malséants ce qui ressemble à leur confusion. » Et de préciser que la réforme pénale n’a porté que sur les délits et non les crimes ou les actes terroristes.

guillemets_Gris30La ministre termine sa charge en concluant : « Par respect pour la souffrance des familles. Par décence. Par sens des responsabilités. De ce qui nous arrive, la situation invite, exige, supplie que chacun s’élève à hauteur des nécessités de protection des citoyens et de consolidation de notre État de droit. »

guillemets_Gris30De nombreuses polémiques ont émergé ces derniers jours, la plus médiatique étant celle qui oppose Christian Estrosi au ministère de l’Intérieur sur les responsabilités à prendre concernant l’attentat de Nice. Après Bernard Cazeneuve, c’est Christiane Taubira qui est aujourd’hui attaquée en raison des failles pointées par la droite sur le parcours, notamment judiciaire, des terroristes responsables de la mort du père Hamel. Christiane Taubira, qui a quitté le gouvernement en janvier 2016, rappelle, via ce nouveau message, que, malgré sa discrétion, elle n’a pas du tout disparu de l’échiquier politique.

****La Rédaction / Le Point

Laisser un commentaire