Menu

Présidentielle 2017 : mais au fait, connaissez-vous bien les programmes de Macron et Le Pen ?

24 avril 2017 - FRANCE, POLITIQUE
Présidentielle 2017 :  mais au fait, connaissez-vous bien les programmes de Macron et Le Pen ?

Emmanuel Macron ou Marine Le Pen ? Dans deux semaines, l’un de ces deux candidats deviendra le nouveau président de la République. L’occasion de revenir sur les mesures phares de leurs programmes.

Emmanuel Macron et Marine Le Pen : des programmes « antagonistes »

 

Emmanuel Macron et Marine Le Pen se sont qualifiés pour le second tour de l’élection présidentielle avec respectivement 23,8% et 21,7% des voix. Tous les deux s’affronteront le 7 mai prochain. Mais en attendant, Planet.fr vous propose de faire un point sur leurs programmes.

« C’est un duel passionnant parce que c’est le duel des programmes antagonistes », a commenté Emmanuel Lechypre sur BFM TV. Editorialiste sur la version Business de la chaîne, il a expliqué : « Il n’y a pas deux programmes qui étaient plus antagonistes que le programme d’Emmanuel Macron et celui de Marine Le Pen. Il n’y a aucun point d’intersection entre ces deux programmes (…) L’un est pro-européen, l’autre est anti-européen. L’un est plutôt mondialiste, ouvert sur le monde, tourné sur le commerce international et la finance. Marine Le Pen c’est exactement le contraire ».

Concernant les impôts

Effectivement, les deux candidats sont en opposition sur de nombreux points. Au sujet des impôts, Marine Le Pen propose notamment de ne pas augmenter la TVA ni la CSG (contribution sociale généralisée). Opposée au prélèvement à la source et favorable au maintien de l’ISF, elle souhaite également réduire de 10% l’impôt sur le revenu des trois tranches les plus basses et mettre un terme aux impôts à faible rendement. Emmanuel Macron, quant à lui, veut faire de l’ISF un impôt sur les rentes immobilières, calculé uniquement sur la valeur du patrimoine immobilier, et non plus sur l’assurance vie ou les investissements en action. Le candidat d’En Marche souhaite également élargir la base de la CSG en la faisant payer à tous les Français, sauf les retraités les plus modestes. Cette mesure serait censée compenser le rétablissement de la défiscalisation des heures supplémentaires et la suppression de toutes les cotisations salariales sur le chômage et l’assurance maladie.

Concernant les retraites

Emmanuel Macron souhaite modifier l’âge de départ à la retraite. Selon lui, il devrait être de 60 ans minimum et 67 ans maximum. Quant aux montants des pensions, le candidat veut mettre en place « un vrai système universel de retraite ». Interrogé par Le Parisien en mars, il avait détaillé son projet : « 1 euro versé en cotisation ouvrira droit aux mêmes droits, quels que soient votre secteur, votre catégorie ou votre statut ». Il avait également précisé que cette réforme serait progressive et qu’elle ne changerait rien « pour celles et ceux qui sont à au moins cinq ans de la retraite, rien ne changera ».

Son adversaire Marine Le Pen propose de son côté de rétablir l’âge de départ à la retraite à 60 ans et ce, au nom de « la justice sociale ».

Concernant l’Europe

Emmanuel Macron veut relancer le projet européen. Il souhaite mettre en œuvre une diplomatie européenne véritable, une protection européenne contre le dumping économique, une harmonisation de la politique budgétaire des États, notamment dans la zone euro. Favorable à une Europe à deux vitesses et à un socle Paris-Berlin renforcé, il veut que soit appliquée une politique commune de gestion des identités et du renseignement.

A l’opposé, Marine Le Pen s’oppose au projet européen. Souhaitant retrouver une souveraineté nationale, la candidate prône un retour au franc et un référendum sur l’appartenance à l’UE.

Concernant l’immigration

Marine Le Pen est favorable à une sortie de l’espace Schengen et au rétablissement des frontières nationales. La candidate souhaite aussi interdire la régularisation des étrangers en situation illégale de rendre systématique leur expulsion. Opposée au droit du sol qu’elle veut supprimer la frontiste, veut revenir à l’esprit initial du droit d’asile. Elle propose par ailleurs de poursuivre l’objectif d’une immigration légale limitée à un solde annuel de 10 000 individus

Son adversaire Emmanuel Macron considère, lui, que l’immigration est une chance pour la France. Il émet néanmoins une distinction entre les réfugiés politiques, qui ont fui leur pays en guerre ou où ils sont victimes de violences, quelles qu’elles soient, et les migrants économiques. A ce titre, le candidat améliorer la coopération européenne en matière de prise en charge des demandeurs d’asile. Il souhaite également que l’aide au développement et le soutien financier aux pays d’émigration soient conditionnés par le respect des accords sur le retour des migrants n’ayant pas obtenu le droit d’asile en Europe.

Concernant la sécurité

La présidente du Front National veut rétablir progressivement le service militaire, recruter davantage de forces de l’ordre, d’instaurer la peine de prison de perpétuité réelle incompressible, de créer 40 000 places de prison et d’expulser automatiquement les délinquants étrangers.
De son côté, Emmanuel Macron veut augmenter le budget de l’armée et le nombre de place en prison, embaucher dans la police et faire que toute peine prononcée soit exécutée.

Concernant la santé

En matière de santé, Emmanuel Macron a prévu cinq grands points : la création d’un service sanitaire d’une durée de trois mois minimum, fixer à 100% le remboursement des frais pour le soins optiques, dentaires et auditifs, sacraliser l’aide médicale d’Etat, passer au médicament à l’unité et enfin, rétablir la prise en charge à 100% de personnes souffrant d’hypertension artérielle sévère.

Marine Le Pen garantit quant à elle qu’elle pérennisera la Sécurité sociale. Pour lutter contre les déserts médicaux sans recourir aux médecins étrangers, la candidate FN veut relever le numerus clausus et instaurer un stage d’internat dans les zones en déficit de professionnels de santé. Pour réaliser des économies dans ce domaine, elle veut supprimer l’aide aux clandestins, baisser le prix des médicaments trop chers, lutter contre la fraude et, elle aussi, favoriser la vente de médicaments à l’unité.

**** Planet

 

Laisser un commentaire