Menu

Santé : les programmes comparés de Marine Le Pen et Emmanuel Macron

25 avril 2017 - FRANCE, POLITIQUE, SANTE
Santé : les programmes comparés de Marine Le Pen et Emmanuel Macron

Sélectionnée au premier tour de l’élection présidentielle le 23 avril 2017 avec 21,30% des voix, Marine Le Pen, candidate du Front National, est en campagne pour le second tour face à Emmanuel Macron. Mais que réserve son programme électoral dans le domaine de la santé si elle est élue le 7 mai ? Remboursement, accès au soin, lutte contre les fraudes… Découvrez ses principales propositions.

 

« Protégeons à 100% la santé des Français. » Tel est le maître mot du programme sanitaire de Marine Le Pen, sélectionnée au premier tour des l’élection présidentielle avec 21,30% des voix, derrière Emmanuel Macron qui a recueilli 24,01% des suffrages. Si la candidate Front national est élue au second tour qui aura lieu le 7 mai 2017, elle mettrait notamment l’accent sur la lutte contre les fraudes à l’Assurance Maladie et renforcerait la protection médicale des citoyens français. Voici ce que prévoit son programme présidentiel en terme de santé :

Garantir la Sécurité sociale pour tous les Français et le remboursement de l’ensemble des quatre risques (maladies, accidents du travail, vieillesse et famille) pris en charge par l’Assurance maladie.

Recruter plus de médecins en relevant le numerus clausus « pour éviter le recours massif aux médecins étrangers et permettre le remplacement des nombreux départs à la retraite prévus

Lutter contre les déserts médicaux « en instaurant un stage d’internat dans les zones concernées ».

Maintenir les hôpitaux de proximité plutôt que d’organiser des groupements hospitaliers de territoire (GHT) et augmenter les effectifs de la fonction publique hospitalière .

Supprimer l’aide médicale d’Etat (AME) , une protection santé qui s’adresse aux ressortissants étrangers en situation irrégulière et précaire, et la remplacer par une aide restreinte réservée aux soins d’urgence vitale.

– Lutter contre les diverses fraudes à l’Assurance maladie en créant notamment une carte Vitale biométrique fusionnée avec la carte nationale d’identité.

Créer un nouveau champ de protection sociale : le « cinquième risque » de Sécurité sociale consacré à la dépendance liée à l’âge, à la perte d’autonomie ou au handicap.

Instaurer une vente des médicaments à l’unité pour lutter contre le trafic et contre la revente à l’international.

Accélérer et faciliter la mise en place des médicaments génériques pour permettre des économies.

Interdire la gestation pour autrui (GPA) et réserver la procréation médicalement assistée (PMA) aux couples souffrant de problèmes de stérilité .

Soutenir les startups françaises « pour moderniser le système de santé ».

Augmenter les financements de la recherche scientifique, notamment biomédicale , pour valoriser les technologies françaises sur la scène internationale.

Protéger « la complémentarité du double système de santé public et libéral » en insistant sur le maillage territorial des acteurs indépendants de la santé (médecins, pharmacies, laboratoires d’analyse…)

Dans son programme, Marine Le Pen n’évoque pas la question polémique de l’interruption volontaire de grossesse (IVG) ou du délit d’entrave à l’IVG.


Emmanuel Macron, le candidat d’En marche !, passe au second tour de l’élection présidentielle avec 23,9% des suffrages. Zoom sur son programme de santé.

Emmanuel Macron sera peut-être le prochain président de la République. Ce nouveau venu dans le paysage politique a récolté 23,9% des votes au premier tour de l’élection présidentielle le dimanche 23 avril. Au second tour, il devra se confronter à Marine Le Pen, qui a récolté 21,4% des suffrages. Côté santé, il oriente son programme vers 3 axes :

 

 

La prévention :

– Création d’un service sanitaire de 3 mois pour les étudiants en santé (40 000 interviendraient dans les écoles, les entreprises… pour des actions de prévention),
– Financer la prévention dans les établissements de santé tout en indiquant des objectifs de performance aux professions libérales de santé,
– Soutien de la recherche en santé environnementale.

100% de prise en charge des lunettes, prothèses dentaires et auditives

La lutte contre les inégalités de santé :

– A l’horizon 2022 : 100% de prise en charge des lunettes, prothèses dentaires et auditives (sans augmenter le prix des mutuelles),
– Selon les résultats d’un rapport d’expertise en cour : prise en charge à 100% des patients souffrant d’hypertension artérielle sévère,
– Etendue du droit à l’oubli dès 5 ans après la rémission (contre 10 aujourd’hui), pour les malades du cancer et de l’hépatite C, au moment de souscrire à un contrat d’assurance ou un emprunt,
– Former davantage de praticiens en changeant le numerus clausus,
Doubler le nombre de maisons pluridisciplinaires de santé, pour éviter les déserts médicaux,
– Déverrouiller l’accès à la télémédecine, en aidant patients, associations et professionnels à s’équiper en technologie numérique,
– Donner plus d’autonomie aux hôpitaux en diversifiant les modes de rémunérations professionnelles et les modes de financement des hôpitaux.

 

Désengorger l’hôpital

La modification du système de santé :

– Engager un investissement de 5 milliards d’euros pour les soins primaires, les innovations de santé, le déploiement de la télémédecine et l’hôpital.
Réduire de 15 milliards d’euros les dépenses de l’Assurance maladie,
– Maintenir le niveau des dépenses de l’Assurance maladie à 2,3% en 2018-2022 (Ondam – l’Objectif national des dépenses d’Assurance maladie),

– Généraliser la vente de médicaments à l’unité pour éviter le gâchis de médicaments,
Accélérer le déploiement des groupements hospitaliers de territoire ou de Maisons de santé, pour éviter que tout le monde ne converge vers l’hôpital, désengorger les urgences (source de désorganisation et de coût), et fluidifier les circuits d’offre de soin,
– Développer un système où les gens restent le moins longtemps possible à l’hôpital, en développant l’ambulatoire et l’aval,
– Diversifier les modes de financement des établissements de santé, en plafonnant à 50% la tarification à l’activité (T2A), aujourd’hui seule mode de financement des établissements de santé publics et privés,
– Faire accéder au doctorat plus de formations paramédicales, pour développer la recherche,
Accélérer les autorisations de mise sur le marché.

Certains points du programme d’Emmanuel Macron ressemblent à celui de sa concurrente (lutte contre les déserts médicaux, dispositifs de santé connecté, vente de médicaments à l’unité, augmentation du numérus clausus…), mais diffèrent sur certaines mesures phares du Front National, comme la supression de l’aide médicale d’Etat (AME) pour les ressortissants étrangers. Le candidat d’ En Marche ! ne s’est par ailleurs pas prononcé dans son programme sur la question de la gestation pour autrui (GPA) et de la procréation médicalement assissté (PMA).

Vidéo. Cette jeune interpelle Marisol Touraine : l' »état d’urgence c’est tous les jours »


Cette jeune interne interpelle Marisol Touraine… par medisite-videos

 

*** Medicite

Laisser un commentaire