Menu

Sexe, drogue et demandes en mariage refu­sées : la vie cachée de Barack Obama

5 mai 2017 - MEDIAS, MONDE, PEOPLE
Sexe, drogue et demandes en mariage refu­sées : la vie cachée de Barack Obama

On croyait tout savoir de Barack Obama, et pour­tant. Dans un nouveau livre consa­cré à sa vie, le biographe David J. Garrow nous dévoile une facette plus sombre et plus sauvage de l’ex-président améri­cain.

 

 

David J. Garrow, écri­vain émérite et déten­teur du Prix Pulit­zer, va sortir la semaine prochaine son nouvel ouvrage Rising Star : The making of Barack Obama, une biogra­phie de 1 078 pages qui retrace en détails la vie du 44ème président améri­cain depuis sa nais­sance. Un livre sans conces­sions qui lève notam­ment le voile sur les années folles de l’ex-chef d’État. Sexe, drogue et demandes en mariages refu­sées, tout y est compilé.

On y apprend que, lors de ses études à New York, le mari de Michelle, âgé à l’époque de 22 ans, était en couple avec une certaine Gene­vieve Cook, une Austra­lienne expa­triée. Une rela­tion passion­nelle que la femme de trois ans son aînée a immor­ta­li­sée dans son jour­nal intime. Elle y raconte son premier rendez-vous avec Barack Obama. Après avoir dîné chez lui, « nous sommes allés dans sa chambre pour discu­ter et je suis restée la nuit. C’était inévi­table. Nos rela­tions sexuelles dépas­saient le désir. Faire l’amour avec Barack, c’était chaud et natu­rel et doux mais profond – relaxant et aimant- on s’ou­vrait l’un à l’autre. Il n’était pas très imagi­na­tif mais il était très à l’aise. » Selon elle, son amant était « direct et avait les pieds sur terre ».

L’étu­diante de 25 ans ne s’ar­rête pas là et évoque égale­ment la consom­ma­tion de drogues de Barack Obama pendant leur liai­son, surtout de la cocaïne, comme le rapporte le Daily Mail. Elle nuance cepen­dant ses propos : « pour chaque ligne que prenaient les autres, il se limi­tait à la moitié. » Une image qui diffère de celle que l’on connaît de l’homme d’aujourd’­hui.

Après leur sépa­ra­tion en juin 1985, Gene­vieve Cook s’est mise en couple avec le meilleur ami de Barack Obama, une déci­sion qui a blessé son ex-petit ami comme il le lui avait fait savoir à l’époque. Fina­le­ment remis de ses émotions, l’étu­diant de 23 ans a ensuite entamé une rela­tion avec Sheila Miyo­shi Jager, 25 ans, avant de la deman­der en mariage deux fois, sans succès. Le premier refus est venu des parents de la petite-amie qui consi­dé­raient les deux tour­te­reaux trop jeunes et le second est venu de la jeune femme elle-même alors que Barack Obama lui deman­dait de l’ac­com­pa­gner à Harvard. « Il se sentait déchiré entre la femme qu’il aimait et le destin qu’il savait qu’il aurait », décrypte David Garrow dans son livre. Selon lui, « Barack Obama voulait être iden­ti­fié comme un Afri­cain-Améri­cain à part entière pour mener à bien ses ambi­tions poli­tiques, et, ne pas avoir une femme noire aurait pu nuire à sa carrière. » Une analyse confir­mée par les dires de l’ex de Barack Obama : « Je me souviens très bien du début de sa trans­for­ma­tion, en 1987 après un an de rela­tion, il souhai­tait déjà deve­nir président ». D’après elle, la dernière demande en mariage de l’étu­diant était même « un peu déses­pé­rée ». « Il ne visua­li­sait pas notre futur ensemble », conclut-elle fina­le­ment, lucide.

Une rela­tion qui a pour­tant conti­nué pendant presque un an après sa rencontre avec Michelle Obama qu’il a finie par épou­ser en 1992. À cette époque, le père de Sasha et de Malia entre­te­nait deux rela­tions paral­lèles très fortes et aurait même eu une aven­ture avec une étudiante hispa­nique. Des préci­sions que l’ex-président n’a jamais abor­dées par le passé et qui sont détaillées pour la première fois dans le livre.

Autre révé­la­tion, Barack Obama aurait envi­sagé une rela­tion amou­reuse avec l’un de ses profes­seurs d’uni­ver­sité préféré, Lawrence Goldyn, ouver­te­ment homo­sexuel. Une curio­sité que l’étu­diant en sciences poli­tiques n’a fina­le­ment pas mené à terme par « faci­lité ». Inter­rogé en 2009 par le maga­zine The Advo­cate, sur son enga­ge­ment pour la cause LGBT et sa compli­cité avec Lawrence Goldyn, le président améri­cain lui avait alors exprimé toute son admi­ra­tion : « C’était quelqu’un de fantas­tique ! Il était bien dans sa peau, il s’as­su­mait, et l’ami­tié que nous avons déve­lop­pée m’a permis de m’éduquer aux diverses préoc­cu­pa­tions de cette commu­nauté. » Rendez-vous le 9 mai pour plus de détails crous­tillants.

*** Voici

Laisser un commentaire